La Compañía Antonio Gades se presenta de nuevo con Plácido Domingo en Les Chorégies d'Orange

Le festival a annoncé mardi la programmation de son édition 2019 comportant un Guillaume Tell, inédit dans le théâtre antique, et un Don Giovanni. Autre tour de force : une soirée réunissant pour la première fois l'Orchestre Philharmonique de Radio France et l'Orchestre national de France dans la 8e Symphonie de Mahler.

L'été dernier, Jean-Louis Grinda, prenant les commandes du vénérable festival, avait ouvert avec un opéra de Rossini jamais donné à Orange jusque-là: Le Barbier de Séville, type même de l'opéra-bouffe dont on craignait à tort qu'il soit perdu sur l'immense plateau d'Orange. Il reprendra l'idée l'été prochain avec Guillaume Tell du même Rossini, autre première aux Chorégies, mais aux antipodes du précédent, imposante machine lyrique et véritable lancement du grand opéra à la française. La proposition est intéressante parce que, cette considérable production orchestrale et théâtrale, est encore trop rarement donnée. Et parce que la vaste distribution est prometteuse, autour de Nicola Alaimo qui a pris le rôle à Pesaro en juillet.

More here.